La Normandie, berceau de la production du lin textile

 

Dans les campagnes normandes et le long du littoral, le lin fait figure de tradition, de produit du terroir. Cela fait plusieurs décennies qu’il est cultivé dans l’Eure, dans la Plaine de Caen et en Seine-Maritime – qui est d’ailleurs, le 1er département de France producteur de lin. 63% des liniculteurs français sont installés en Normandie (d’après les chiffres de l’Association Générale des Producteurs de Lin). Et cette histoire d’amour a encore de très beaux jours devant elle car cette fibre est de plus en plus demandée et utilisée. En effet, cette plante ne nécessitant ni irrigation, ni défoliant, est entièrement exploitable, de la racine à la tête, et requiert très peu d’intrants. Il s’agit donc d’une plante durable car elle ne produit aucun déchet et retient bien les gaz à effet de serre.

Considérée comme « l’or vert » de la Normandie, elle fait partie de son identité, de son patrimoine. D’autant que la filière a su évoluer, notamment depuis le début des années 2000, et s’adapter aux nouveaux besoins, à la demande. Avec les exigences actuelles liées au développement durable, elle est promise à un bel avenir, ce qui est un point positif pour les producteurs normands.

 

Une terre et un climat propices à la culture de cette plante

Le lin est le plus ancien textile. Sa découverte remonte à 36 000 ans avant J.C. dans une grotte du Caucase. Aujourd’hui, la Normandie est la 1ère région productrice au monde de lin textile. Et ce n’est pas un hasard. Son climat océanique tempéré et humide, sa faible amplitude thermique, sa terre riche et profonde sont particulièrement favorables à la culture du lin. Mais ce n’est pas tout. La maîtrise technique des liniculteurs joue également un rôle majeur. Grâce à leur savoir-faire, ils produisent un lin de très bonne qualité.

De même, il faut savoir que cette fibre est résistante et 100% biodégradable. Son cycle naturel est assez rapide puisqu’elle atteint sa maturité en 100 jours. Le semis est réalisé de mi-mars à mi-avril. La floraison, d’une durée de 15 jours, se déroule en juin et pare d’une délicate couleur bleutée les champs. En juillet, vient la période de l’arrachage. Les fibres sont ensuite couchées à plat sur le sol, en andains, pour le rouissage. Ce dernier se fait en août grâce à la combinaison de plusieurs éléments – soleil, pluie et rosée – et dure entre 3 et 9 semaines. Et pour un rouissage homogène, les andains doivent être retournés régulièrement. Puis, on passe à l’enroulage et à la transformation (teillage, peignage, filature, ennoblissement). C’est seulement après toutes ces étapes que le lin est prêt pour la confection et la réalisation de produits !

 

normandie-champ-de-lin

 

Une fibre utilisée pour la création de divers produits

Intégralement biodégradable, aucune partie du lin n’est jetée. Tout est utilisé et c’est justement l’un de ses atouts. Cela évite les pertes et c’est écologique. De plus, on s’en sert pour créer de nombreux produits, dans différents secteurs. Par exemple, les fibres longues permettent de confectionner des vêtements, du linge de maison, des revêtements muraux et d’ameublement, et des tissus techniques. Les fibres courtes quant à elles servent à la fabrication de papeterie et d’éco-matériaux tels des isolants et composites. On se sert également des anas (les fragments de paille) pour la litière des animaux, les panneaux agglomérés et le paillis. En outre, en associant trame de lin et résine, il est possible de réaliser des fibres adaptées aux besoins spécifiques des secteurs de l’ameublement, des équipements sportifs et mécaniques.

Les graines et la farine sont également utilisées en cuisine pour la préparation de pains, de gâteaux, de biscuits et de terrines par exemple.
Et en Normandie, de nombreux produits locaux et artisanaux sont fabriqués à partir de lin et font le bonheur des petits et grands ! Enfin, cette fibre est idéale pour la confection de linge de lit, de table et de bain car elle est thermorégulatrice, résistante, absorbante et s’avère d’un grand confort.

 

En somme, le lin a vraiment tout bon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *